Scénario du Messie: Episode 4

Qui est cette figure ancestrale vécut au carrefour de l’Histoire ? Est-il un grand pédagogue ? Un révolutionnaire ? Un prophète ? Ou est-ce vraiment le Fils divin d’un divin Père ? Le Sauveur de ce monde, au sens propre du terme ? En essayant de répondre à cette question, de nombreux chercheurs écartent le divin et séparent le Jésus historique, l’homme mortel, du Jésus de la foi, le Fils de Dieu. Aujourd’hui, des experts de l’Église SDJ tentent de rapprocher Histoire et Foi, érudition et révélation moderne, pour parvenir à une compréhension plus profonde de qui était, de qui est Jésus.

Dans le texte de l’Ancien Testament, la phrase « Ainsi parle l’Éternel » apparaît plus de 400 fois quand les prophètes citent leur Dieu. Moïse dit ces mots au Pharaon. Jérémie les dit à tout Jérusalem. Et pourtant, cette expression n’apparaît nulle part dans le Nouveau Testament. Au lieu de cela, le fils du charpentier déclare simplement : « En vérité, je vous le dis. » Du Sermon sur la Montagne au miracle du tombeau de Lazare, le Dieu d’Israël parle en Son propre nom.

ANDREW SKINNER: Depuis la fin du 18e siècle, des experts du Nouveau Testament ont entrepris ce qu’ils appellent la quête du Jésus historique, cherchant à savoir ce que Jésus a vraiment dit et fait. Leurs recherches les ont menés à étudier l’Histoire, la théologie, l’archéologie et la philologie, c’est-à-dire l’étude des langues anciennes. D’une manière générale, ces spécialistes ont tendance à rejeter tout ce qui évoque le surnaturel, tout ce qui confirme l’autorité divine ou ce qui nous dit précisément comment vivre notre vie.

JOHN S. TANNER: Voici un endroit merveilleux surplombant le nord de la mer de Galilée, où ont eu lieu un grand nombre d’événements liés à la vie de Jésus. La première chose que je fais, c’est essayer de me repérer.

S. KENT BROWN: Quand on arrive au coin de la mer de Galilée, le coin Nord-Est, on trouve Bethsaïda.

GAYE STRATHEARN: C’est la ville de Pierre, André et Philippe. C’est ici qu’ils sont nés.

JOHN S. TANNER: C’est tout au bout du lac, non ?

S. KENT BROWN: Oui.

GAYE STRATHEARN: Oui, le site moderne des fouilles archéologiques de Bethsaïda se trouve un peu à l’intérieur des terres. À l’époque de Jésus, la mer avançait beaucoup plus loin.

messiah jesus christ mormon filmS. KENT BROWN: La rivière se jette dans la mer de Galilée et divise deux territoires. À l’Est se trouvait Hérode Philippe, l’un des fils d’Hérode le Grand, qui lui avait survécu. À l’Ouest était le territoire d’Hérode Antipas, qui régnait sur Nazareth et d’autres villes de cette région. Jésus a grandi sous son règne.

GAYE STRATHEARN: aussi le souverain qui a fait exécuter Jean-Baptiste, n’est-ce pas?

S. KENT BROWN: C’est exact. Quand on traverse le Jourdain, là où il se jette dans le mer, on arrive à Capharnaüm. C’est la première ville.

GAYE STRATHEARN: Capharnaüm est un endroit très important pour le ministère de Galilée. C’est la ville où résidait Jésus pendant Son ministère. Il voyageait dans toute la Galilée, mais il revenait toujours à Capharnaüm. C’était chez Lui.

JOHN S. TANNER: Il a grandi à Nazareth, mais Sa ville d’adoption était en fait Capharnaüm. Qu’y a-t-il après Capharnaüm ? Est-ce le Mont des Béatitudes ?

S. KENT BROWN: C’est bien cela. C’est sur cette colline qu’on situe traditionnellement le Sermon sur la Montagne, non ?

GAYE STRATHEARN: Oui. C’est cette petite colline, juste en face de nous. C’est l’endroit où selon la tradition, Jésus prononça le Sermon sur la Montagne.

JOHN S. TANNER: Il y a une petite église sur la colline qui commémore le Sermon sur la Montagne.

JOHN W. WELCH: Bien sûr, l’une des principales raisons pour lesquelles il est difficile de comprendre le Sermon sur la Montagne dans un contexte historique, c’est la question de savoir d’où il vient. Quand a-t-il eu lieu, est-ce qu’il reflète vraiment un discours prononcé par Jésus de manière cohérente et unie ou est-ce un recueil de phrases dites à divers moments, et rassemblées par Matthieu, beaucoup plus tard ? Il n’y a pas de réel consensus parmi les experts du Nouveau Testament sur la date du Sermon sur la Montagne. Certains le pensent très tardif. D’autres commencent à le voir comme un texte bien antérieur à Matthieu, texte que Matthieu aurait trouvé, et incorporé à son Évangile. Cela semble logique, car un cinquième des mots utilisés dans le Sermon sur la Montagne ne sont ensuite plus utilisés par Matthieu. Ces mots ne sont pas ceux que Matthieu emploie. Ce n’est pas son vocabulaire. Matthieu inclut même des passages du Sermon sur la Montagne assez déconcertants. Il ne les explique pas.

Par exemple l’expression «  Ne jetez pas vos perles aux pourceaux…  » ou, «  Ne donnez pas les choses saintes aux chiens…  » cela semble exiger avec insistance de garder secrets ou de traiter comme étant sacrés les préceptes enseignés, mais Matthieu ne développe jamais cette idée, ce qu’il aurait fait s’il avait écrit ce texte lui-même pour présenter les enseignements et le ministère de Jésus dans son Évangile.

GAYE STRATHEARN: On remarque aussi que le sermon dans Luc est très différent du sermon dans Matthieu. Les experts disent en général du sermon de Luc, qui est beaucoup plus court que celui de Matthieu, qu’il reflète probablement le Sermon historique prononcé par Jésus. Si on part de ce principe, on se demande alors ce qui est arrivé à la version de Matthieu, qui est plus longue, beaucoup plus détaillée, plus prononcée d’une certaine façon que celle de Luc. Comment est-on passé de la version du sermon de Luc à la version de Matthieu ? La version de Matthieu a donc dû être inventée, fabriquée par des chrétiens plus tardifs, afin de justifier leurs enseignements, et Jésus n’a jamais prononcé le sermon rapporté par Matthieu. Pour un membre de l’église SDJ cela ne tient pas debout, car au chapitre 3 de Néphi, le récit de Jésus est beaucoup plus proche de la version de Matthieu que de celle de Luc, et là, le récit est prononcé comme un sermon cohérent plutôt qu’une série de phrases juxtaposées.

JOHN S. TANNER: Le message et les miracles de Jésus ont eu un impact profond sur l’histoire du monde. Mais a-t-Il vraiment dit et fait ce que rapportent les auteurs des Évangiles ? Peut-on faire confiance à leurs paroles ? Vous le savez, une grande partie de la recherche moderne le conteste et reste sceptique. Mais si l’on consulte le Livre de Mormon sur la question, on a de bonnes raisons d’être sceptique devant le scepticisme moderne, car le Livre de Mormon confirme jusque dans les détails l’exactitude historique du portrait de Jésus dans le Nouveau Testament.

GAYE STRATHEARN: Oui, c’est exact. Dans le Livre de Mormon, Jésus guérit les malades, redonne la vue aux aveugles. Il ordonne les Apôtres. Il établit une Église. Et peut-être le plus important, c’est que l’être physiquement ressuscité et glorifié apparaît aux habitants du Nouveau Monde comme Il est apparu à Ses disciples dans le monde antique.

JOHN S. TANNER: Si l’on compare ce que Jésus dit et fait dans le Nouveau Testament avec ce qu’Il dit et fait dans le Livre de Mormon, le texte regorge de preuves du fait qu’Il est bien le Messie, comme Le représentent ces deux textes. Ils se renforcent mutuellement.

GAYE STRATHEARN: On s’en rend bien compte si l’on prend les enseignements de Jésus et si on étudie attentivement les deux textes. Le Sermon sur la Montagne constitue un cas d’école éloquent dans le cadre d’une comparaison.

JOHN S. TANNER: C’est exact.

GAYE STRATHEARN: Souvent, les similarités entre le sermon de Matthieu et celui de Néphi 3 ont été utilisées pour démontrer que le Livre de Mormon n’avait rien à offrir et n’était qu’une copie de la version du roi Jacques de la Bible. Il y a plusieurs années, un très grand spécialiste du Nouveau Testament, Krister Stendahl, est venu ici à Brigham Young University, et il a comparé le Sermon sur la Montagne de Matthieu au Sermon du Temple. Je ne suis pas d’accord avec toutes ses conclusions mais il a dit une chose cruciale, même pour nous, l’Église SDJ. Il a conclu que dans le Sermon sur la Montagne chez Matthieu, Jésus prêchait en tant que rabbin. Il réinterprétait la Loi de Moïse pour l’appliquer à Son époque. Et dans ce sens, Il ne diffère pas beaucoup des autres rabbins du premier siècle. Mais selon lui, dans le Sermon du Temple de Néphi 3, Jésus parle en tant que Messie. Cela diffère complètement des points de vue extérieurs à l’Église SDJ.

Il est arrivé à cette conclusion en étudiant très attentivement les deux textes, non seulement les similarités mais aussi les divergences. Les divergences sont minimes et peuvent facilement nous échapper si on lit ce texte rapidement, mais lorsqu’on le lit avec attention, elles se remarquent et sont significatives.

Parmi les passages qui divergent, tous se réduisent à une seule phrase :« Venez à moi ». Il le dit dans les versets 18 à 20. Remarquez le nombre de fois où cette phrase apparaît. « Car je vous le dis en vérité, pas un seul iota, pas un seul trait de la lettre n’est passé de la loi, mais en moi elle a été toute accomplie. Et voici, je vous ai donné la loi et les commandements de mon Père afin que vous croyiez en moi, que vous vous repentiez de vos péchés et veniez à moi, le cœur brisé et l’esprit contrit. Voici, vous avez les commandements devant vous et la loi est accomplie. C’est pourquoi, venez à moi et soyez sauvés. » (3 Nephi 12:18–20).

Cette phrase apparaît donc souvent. Si l’on va plus loin dans le récit de Matthieu, Il nous dit que si l’on est en colère contre son frère, on doit laisser son offrande à l’autel, aller se réconcilier avec lui puis revenir à l’autel. L’autel est ici remplacé au verset 23. « C’est pourquoi, si tu viens à moi, ou désires venir à moi, et que tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, va trouver ton frère, et réconcilie-toi d’abord avec ton frère. Ensuite viens à moi d’un cœur pleinement résolu, et je te recevrai. » (3 Nephi 12:23–24).

Ici, c’est Jésus et non plus l’autel qui est le centre du salut. C’est une énorme différence entre ce qu’on lit chez Matthieu et ce qu’on lit dans Néphi 3.

La dernière différence, qui est cruciale, se trouve chez Matthieu. « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » (Matthieu 5: 48). Alors que le texte de Néphi 3 dit : « C’est pourquoi, je voudrais que vous soyez parfaits tout comme moi, ou comme votre Père qui est dans les Cieux est parfait. » (3 Néphi 12:48) Jésus S’identifie à présent à la perfection, ce qu’Il ne pouvait pas vraiment faire dans Matthieu, parce qu’Il n’avait pas encore accompli Sa mission. Il n’avait pas réalisé l’Expiation et la Résurrection comme c’est le cas dans Néphi 3. Dans Néphi 3, c’est un Être glorifié et cela se reflète dans le Sermon. Cet aspect n’est pas présent dans le récit de Matthieu. Il y a donc d’importantes différences entre les deux. Ce n’est pas juste un copier-coller de la version de Matthieu.

JUAN HENDERSON: Quand le Sauveur eut fini le sermon que le Père Lui avait ordonné de prononcer devant les anciens Néphites, Il se tourna vers eux et dit : « Écoutez-moi. Je sens que vous aimeriez me voir accomplir le miracle que j’ai accompli à Jérusalem. » Il indique que leur foi était suffisante. Il leur ordonna donc d’amener leurs malades, les infirmes, etc. Dans les Écritures, il est dit qu’ils avaient toutes sortes de maladies et que Jésus les guérit tous. Ce récit biblique est donc un puissant témoignage, non seulement en paroles mais aussi en actions, de ce que fit le Christ parmi Ses frères, notamment Ses guérisons. Le Livre de Mormon est le second témoignage du fait qu’Il a véritablement prononcé ces mots et qu’Il a vraiment accompli toutes les guérisons dont témoigne la Bible.

S. KENT BROWN: Un grand historien de la Bible a posé la question : « Quel est le sens du Sermon sur la Montagne ? » C’est une question que le Christianisme continue à se poser. Au fil des siècles, les théologiens ont proposé un large éventail de réponses. Le Sermon sur la Montagne reste un texte hermétique pour beaucoup, essentiellement parce que sa cohérence n’est pas évidente. Le Sermon a-t-il un thème, une logique unique, unie, ou est-ce une collection de phrases sans lien, juxtaposées au hasard ?

GAYE STRATHEARN: Je pense que c’est à cette question que le Sermon du Temple dans le Livre de Mormon répond de la manière la plus remarquable

S. KENT BROWN: Je suis d’accord, Gaye. Le Sermon du Temple prouve que les deux sermons sont des textes se référant au Temple, contenant des allusions et des liens avec les enseignements les plus sacrés et les fêtes les plus centrales de l’ancienne religion israélite.

ANDREW SKINNER: Presque tout dans le Sermon sur la Montagne peut être vu dans le contexte du Temple. C’est particulièrement vrai dans la prière du « Notre Père, » qui fait partie du Sermon sur la Montagne. Jésus insiste à nouveau auprès de Ses disciples sur la manière dont ils doivent prier, le contenu des prières, ce qui doit être inclus dans une prière. C’est la prière la plus sincère qui fût adressée à notre Père Divin. Jésus insiste à nouveau auprès de Ses disciples sur le fait que nous avons bien un Père Divin. « Notre Père qui es aux Cieux » est un concept important, lié au Temple. Après tout, par l’intermédiaire du Temple, nous cherchons à être en présence de Dieu.
Nous comprenons donc que Jésus donnait aux disciples une compréhension spécifique de ce qui se passait au Temple et de la manière dont ils devaient mener leur vie.

Allez à l’ Episode 4, Partie 2


Droit d'auteur © 2019 Messie - Voici l'Agneau de Dieu. Tous droits réservés.
Ce site n'est pas propriété de ou affilié à l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (parfois appelé LDS Mormon ou église). Les opinions exprimées ici ne représentent pas nécessairement la position de l'Eglise. Les opinions exprimées par les utilisateurs individuels sont de la responsabilité de ces utilisateurs et ne représentent pas nécessairement la position de l'Eglise. Pour les sites officiels de l'Eglise, s'il vous plaît visitez LDS.org ou Mormon.org.